Tout acte créatif relève d’un déplacement. Les nouvelles technologies, qu’elles soient matérielles ou logicielles, nous ont ouvert l’accès à de nouveaux espaces. La science ne cesse de repousser les limites de l’infiniment grand ou de l’infiniment petit, tandis qu’internet, réseau de réseaux, crée bon nombre d’univers. Nous nous trouvons face à cette démultiplication d’espaces, et nous évoluons à l’intérieur ou à la surface de ceux-ci. Notre position personnelle devient encore plus floue lorsque l’on s’aperçoit que parmi ces espaces, certains se chevauchent. Ainsi, nous sommes à la fois ici et là. Ce sentiment n’est pas réellement nouveau. Lire, jouer, rêver, nous place dans des univers autres que la réalité « donnée ». Le cas des nouvelles technologies nous pousse à nous demander où nous sommes réellement et quelles sont les lois, les règles de jeu qui régissent le lieu où nous nous trouvons. Mon intérêt se place d’une part dans la découverte et l’exploration d’espaces autres ou parallèles à la réalité, et d’autre part dans la libre création d’espaces personnels intimes, supports de mes déplacements et soumis à mes propres règles.


              Dans mon travail, cette liberté passe tant par le fait de tendre une toile comme support vierge à la création, à la déambulation, que par la conception de dispositifs mécaniques ou logiciels. Mêlant rigueur scientifique et mysticisme religieux, ma recherche est constituée d’expérimentations plaçant le sujet et/ou le spectateur dans la miniaturisation d’un univers. Là où la science se démène à répondre au « comment », la religion affirme sa version des faits. Je me place comme à mi-chemin entre cet acharnement scientifique et cette affirmation religieuse d’une ou plutôt de « la » réponse à notre situation dans cet univers. A mon sens, il ne s’agit pas réellement d’une opposition entre ces deux domaines, mais d’une forme de complémentarité. Les débordements qui naissent de cette étroite ambivalence sont à la base de mon travail, une source d’inspiration inépuisable.


Joel Belouet