Vous êtes ici

<- « Il n’est pire labyrinthe que la ligne droite. » Jorge Luis Borges. ->

 

 

<- Vous êtes perdus ? Ne vous inquiétez pas, “vous êtes ici”. ->

<- Pourtant, je ne me sens ni rassuré ni plus avancé sur ma position actuelle. Encore faudrait-il définir cet “ici”, cette notion à la fois si précise mais également si vague suivant l’espace auquel il se réfère. Certes, je suis ici, face à mon écran en train de rédiger ces quelques lignes mais je suis également ici, à l’intérieur de ce texte, symbolisé par cette barre verticale du logiciel qui ne cesse de clignoter, que j’avance ou non dans mon raisonnement. N’excluons pas non plus ma position interne, celle qui se ballade d’une idée à une autre, d’une pensée à une autre. Références, concepts, notions, argumentations, logiques, souvenirs. Tous se mèlent dans l’espace de ma pensée, assujetis eux-mêmes à leur propres inertie. Une nuée d’informations qui par brides plus ou moins complètes s’attirent et se repoussent, se complètent ou s’annulent. L’exercice du mémoire voudrait que je dégage de cette masse, un fil conducteur, mon fil d’Ariane, afin de naviguer parmi tous ces éléments. Certes, cela me donne un cap, une direction à suivre, mais en aucun cas ne m’offre les clés de la compréhension. C’est par un effort personnel, un déplacement qui peut être de l’ordre de l’errance ou du pélerinage que je parviendrai à rassembler les morceaux. Me balladant ainsi dans un espace dont les frontières ne me semblent pas palpables (ou inexistantes), c’est cette notion d’espace ouvert, cette dimension infinie qui me perd. La retranscription d’une telle démarche, au sens propre comme au figuré, se devait d’être intimement liée à la forme physique de mes écrits, et ce à plusieurs niveaux. L’espace du livre diffère de celui de la page. Tout comme celui du texte diffère du chapitre, du paragraphe, du mot, ou encore de la lettre. C’est justement la question du livre et de la page qui me pose problème. Cette forme cantonne le texte, le limite, voire même impose le fil conducteur comme seul et unique mode de déplacement. ->

<- L’une des solutions à ce problème consisterait à considérer le texte comme un espace fini, à la manière de Georges Perec dans La Vie Mode d’Emploi. Passer de chapitre en chapitre, revient à pousser des portes, descendre ou monter des escaliers, aller d’un appartement à un autre. Car toute l’action (ou devrais-je dire toutes les actions) se déroule à l’intérieur d’un immeuble. Le livre ne se résume pas à une suite logique de mots mais à une déambulation d’un lieu (appartements ou couloirs) à un autre. Cette organisation éclate la dimension temporelle du roman, traditionnellement liée à notre avancée dans le texte, mais instaure une dimension spatiale bien plus forte, si bien qu’il met en place non pas une seule “Table des matières” mais trois. La première en lien avec la forme du livre, détaillant les divers chapitres et parties de façon classique. La seconde ordonne les différentes histoires dévelloppées dans le livre (généralement liées à un appartement ou un lieu spécifique), en revoyant au chapitre où cette histoire apparait pour la première fois, mais pas forcement dans sa totalité. La troisième s’apparente plus à un index, répertoriant les mots clés. La dimension temporelle se retrouve elle-aussi en fin d’ouvrage, condensée en une liste de repères chronologiques en lien avec les protagonistes du roman, allant de 1833 à 1975.

Plusieurs élements m’intéressent dans ce roman, et tous se rattachent à la même idée, à savoir la possibilité d’un second sens de lecture. Le premier est donné par la forme du livre, en passant d’un appartement à l’autre, de l’épisode d’une certaine histoire à celui d’une autre. Le second sens de lecture consiste à se ballader d’épisodes d’une même histoire, par une astucieuse intitulation des chapitres en indications de lieux suivi d’une numérotation de l’épisode : “Le hall d’entrée, 2”, “Dans la chaufferie, 5”, l’appartement de Madame de “Beaumont, 2”. Ainsi, le texte n’est plus un simple couloir d’évênements déboulant sur la fin du livre, mais se voit doté d’une multitudes de portes renvoyant, via des chemins de travers, à d’autres niveaux dans ce couloirs laissant une liberté de lecture, de déplacement au lecteur. Ce dernier navigue entre les fragments d’une histoire, elle-même morcelée en diverses histoires, et de nouveau subdivisées en épisodes. ->

<- “Un ensemble est infini lorsqu’on peut établir un isomorphise entre l’ensemble et une de ses parties. […] Cette proprièté provoque une sorte de mise en abime des structures des sous-parties les unes dans les autres.” Jorge Luis Borges. ->

<- Bien que le texte soit fini en soit, c’est de part la déambulation et l’association subjective de parties que l’espace de la narration s’ouvre, et que l’infini s’immisce à l’intérieur du roman de Perrec. L’ensemble d’un puzzle est définit par ses pièces. A partir du moment où deux d’entre-elles sont associées, la pièce disparait voire même cesse d’exister en tant que pièce et constitue déjà un ensemble. La difficulté ne réside pas dans le nombre, mais dans le degré de subtilité apporté au découpage de celles-ci. Il en résulte un jeu qui n’est pas solitaire mais un duel entre joueur et “découpeur” dans lequel chaque tentative, chaque espoir, chaque association a été préalablement dessinée, decidée, jouée par le découpeur. Il se pose ici la question du rapprochement, d’un échange entre deux personnes, deux pièces, deux chapitres, deux idées, mais également de la flexibilité de leur frontières à s’accorder, indépendement de leur contenu (un puzzle sans image reste un puzzle malgrès tout).

<- Vous êtes perdus ? Ne vous inquiêtez pas, vous êtes ici. ->

Expositions

Quasi una fantasia, La Compagnie, Marseille, Novembre 2011

Rejoindre la conversation

428 commentaires

  1. I’m truly enjoying the design and layout of your blog.

    It’s a very easy on the eyes which makes it much
    more enjoyable for me to come here and visit more often. Did you hire out a developer to create your theme?
    Superb work!

  2. The core of your writing whilst sounding reasonable at first, did not really settle very well with me personally after some time. Somewhere throughout the paragraphs you actually were able to make me a believer but just for a while. I however have a problem with your leaps in assumptions and one might do nicely to help fill in all those gaps. If you can accomplish that, I will undoubtedly be amazed.

  3. Usually I do not learn post on blogs, but I wish to say that this write-up very compelled me to take a look at and do so! Your writing style has been amazed me. Thank you, quite great article.

  4. of course like your web-site but you need to check the spelling on quite a few of your posts. A number of them are rife with spelling issues and I find it very troublesome to inform the reality then again I’ll surely come back again.

  5. Woah! I’m really loving the template/theme of this blog. It’s simple, yet effective. A lot of times it’s hard to get that « perfect balance » between user friendliness and visual appearance. I must say you’ve done a great job with this. Also, the blog loads very fast for me on Safari. Excellent Blog!

  6. Admiring the dedication you put into your site and detailed information you provide. It’s good to come across a blog every once in a while that isn’t the same old rehashed information. Excellent read! I’ve bookmarked your site and I’m adding your RSS feeds to my Google account.

  7. There are some attention-grabbing cut-off dates in this article however I don’t know if I see all of them center to heart. There may be some validity however I’ll take maintain opinion until I look into it further. Good article , thanks and we would like extra! Added to FeedBurner as properly

  8. I have been browsing online more than 3 hours nowadays, but I by no means discovered any attention-grabbing article like yours. It is pretty worth enough for me. In my opinion, if all web owners and bloggers made good content as you probably did, the net can be much more useful than ever before. « I finally realized that being grateful to my body was key to giving more love to myself. » by Oprah Winfrey.

  9. One more issue is that video games are normally serious naturally with the primary focus on finding out rather than enjoyment. Although, it has an entertainment factor to keep your kids engaged, each one game is often designed to focus on a specific experience or program, such as math or research. Thanks for your article.

  10. Hmm it seems like your blog ate my first comment (it was super long) so I guess I’ll just sum it up what I wrote and say, I’m thoroughly enjoying your blog. I as well am an aspiring blog blogger but I’m still new to everything. Do you have any recommendations for inexperienced blog writers? I’d definitely appreciate it.

  11. Great – I should definitely pronounce, impressed with your web site. I had no trouble navigating through all tabs as well as related info ended up being truly easy to do to access. I recently found what I hoped for before you know it in the least. Reasonably unusual. Is likely to appreciate it for those who add forums or anything, website theme . a tones way for your customer to communicate. Excellent task..

  12. I do enjoy the way you have framed this particular difficulty plus it does give me some fodder for consideration. Nevertheless, from everything that I have seen, I only hope as the responses stack on that people today keep on issue and in no way get started on a tirade of the news du jour. Yet, thank you for this fantastic piece and while I can not really concur with it in totality, I respect your viewpoint.

  13. I do agree with all the concepts you have introduced in your post. They are very convincing and will definitely work. Still, the posts are very short for novices. May you please extend them a bit from subsequent time? Thanks for the post.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *